mercredi, novembre 30, 2005

De la Prière à l’Action

La Prière est essentielle. Sans elle, l’âme s’asphyxie.

Mais, à l’exception des ordres contemplatifs (qui ont aussi une vie de labeur « ora et labore »), la prière ne saurait se suffir à elle-même.
Saint Paul le rappelle : "... Frères, si je parle les langues des hommes et des anges, mais que je n’aie pas la charité, je suis en bronze sonore ou une cymbale retentissante. »

Qu’est la Charité ?
C’est la mise en pratique du premier des Commandements qui est d’aimer Dieu et de son corollaire qui est d’aimer son prochain.

Aimer son prochain, c’est vouloir pour lui le meilleur.
Le meilleur, c’est participer, en fils, en ce monde et après la mort à la Vie Divine.

Le vouloir c’est bien. Le mettre en situation de réaliser ce destin, c’est mieux et suppose un Ordre Politique qui non seulement ne l’en détourne pas mais se réclame ouvertement de cet objectif.

La Doctrine Sociale de l’Eglise qui n’a cessé de s’enrichir aucours des siècles et qui trouve son expression la plus achevée dans les Encycliques sociales, décrit avec précision les moyens de cette mise en situation.
Or ces moyens sont avant tout POLITIQUES en ce que leur mise en œuvre dépend du pouvoir que Dieu donne aux souverains.

C’est pourquoi la vie chrétienne est, à la fois et de façon indissociable, Prière et Action.
L’Action ne peut s’affranchir de la sphère politique.


« Seigneur, vous m’avez pourvue d’une âme, Graal qui ne peut être remplie que de Vous.
Vous m’avez aussi donné un corps pour Vous servir et servir mon prochain.
Un corps pour travailler et me nourrir.
Un corps pour donner l’Amour et transmettre la Vie.
Un corps pour écouter, voir, sentir et toucher les merveilles de votre Création.
Mais un corps, aussi, pour défendre votre Cité terrestre, chaque fois que c’est nécessaire, au prix de mon sang.»