mercredi, janvier 25, 2006

Les russes, maîtres chez eux.

Il y a quelques jours, le chancelier Angela Merckel, non sans une certaine arrogance, faisait part à Vladimir Poutine des préoccupations des pays occidentaux à l’égard du respect des Droits de l’Homme en Russie et de la mise sous surveillance des ONG.
Le 17 janvier, la Douma promulgue une loi permettant, entre autres, d'interdire toute ONG dont l'activité peut représenter une menace à "la souveraineté de la Russie, l'indépendance, l'intégrité territoriale, l'unité et l'originalité nationales, l'héritage culturel ou les intérêts nationaux".
Craignant sans doute que le message n’apparaisse suffisamment clair, une petite explication de texte illustrée s’imposait :
Le FSB (services spéciaux russes) a affirmé lundi 23 janvier avoir démasqué quatre espions britanniques bénéficiant du statut diplomatique, et avoir découvert d'importants versements d'argent par des diplomates britanniques à certaines ONG russes.
Parmi ces « diplomates » britanniques, M. Doe aurait remis, le 27 octobre 2004, 23 000 livres sterling au Groupe Helsinki de Moscou et, le 18 janvier 2006, 5 719 livres au fond Eurasie. La chaine de télévision Rossia a montré des documents fournis par le FSB concernant ces versements, qui auraient été signés par M. Doe.
Bien sur, les ONG nient en bloc.
Tony Blair s’est déclaré « surpris » et s'est refusé à commenter les accusations de Moscou, sans pour autant les démentir.
Quand on est pris la main dans le sac …