lundi, février 06, 2006

Identité contre Impiété

L’homme est à l’image de Dieu. Ce qui en fait un être religieux.
Pour des milliards d’humains , la religion est fondamentale pour vivre, progresser et continuer d’ espérer. En s’attaquant à leur Foi, on crache sur leur pain.
Ce n’est pas seulement le signe d’un crétinisme irrespectueux. C’est un péché contre le « frère en Adam » et donc un péché contre Dieu lui-même.

L’Islam est dès les origines une religion conquérante et guerrière.
C’est aussi une religion intolérante à l’égard des autres religions. Dans les pays musulmans, les chrétiens sont persécutés ou, au mieux, soumis à la dhimmitude. Sauf dans certains pays comme le Maroc ou l’Irak d’avant la « pax americana », les lieux de culte chrétiens y sont interdits.

Il n’est donc pas étonnant que, depuis des siècles, Islam et Chrétienté se soient continuellement affrontés.

Pourtant, même au plus fort de ces affrontements, jamais la Foi des belligérants ne fut nommément attaquée. Ni le Prophète, ni le Christ ne furent l’objet d’attaques « intuitu personnae ». Ce n’était pas des guerres de religion.
C’était des guerres territoriales parce qu’identitaires.

Il en était ainsi parce que, de part et d’autre, on conservait ses références.

En s’attaquant au Prophète au travers de caricatures, d’ailleurs assez bébètes, les occidentaux confirment qu’ils ont perdu leurs références, ce qu’il ont préalablement et largement prouvé en blasphémant le Christ à de multiples reprises dans l’indifférence générale.

Le choc auquel on assiste à présent n’est plus celui de la Chrétienté face à l’Islam mais celui d’un Islam toujours aussi conquérant contre un Occident arrogant, athée et matérialiste qui exerce aussi son impiété contre ses propres fondements. Cette impiété est patente non seulement dans son expression culturelle mais aussi dans l’émergence de mouvements satanistes, instrumentalisés par le commerce du son et de l ‘image, qui exercent leur haine de Dieu de façon de plus en plus évidente et quotidienne.

Cet Occident là, ne mérite et ne peut survivre.
Son unique espoir de survie et de victoire est dans la redécouverte de son identité et des fondements mêmes du christianisme.
Ce jour là, le combat changera de forme et il n’y aura plus de problème de « caricatures ».

I. Barsof