mercredi, février 08, 2006

Satanisme

150 exorcistes catholiques et leurs collaborateurs se sont réunis pour 3 jours près de Lyon pour une formation centrée sur les jeunes satanistes. Le phénomène s'exprime de plus en plus ouvertement, en particulier par le biais du mouvement gothique. Deux spécialistes ont été invités à cette rencontre, Jacky Cordonnier et le père Benoît Domergue, auteur d'une étude : Culture Jeune et ésotérisme, vers une dérive antichristique de la culture des jeunes ?
Le père Domergue a consacré 7 années à l'étude des courants ésotériques et de la magie traditionnelle à l'Ecole des hautes études en sciences religieuses à Paris. Il a poursuivi sa formation chez les jésuites à Rome par une thèse en démonologie. Il se rend dans les concerts de rock les plus extrêmes, quatre à cinq fois par an. «Je décrypte, je traduis et je décode sans jeter d'anathèmes sur des jeunes le plus souvent inconscients des enjeux
Marylin Manson – icône gothique – est dans son collimateur. Il a approché le chanteur au Canada et souligne avoir été «impressionné par sa vaste culture ésotérique et historique». «Ses concerts sont de la provocation, une machine à fric et une recherche évidente de pouvoir». «Mais l'expression artistique est portée par des puissances mortifères exaltant l'antéchrist, le meurtre, le suicide, qui incitent les spectateurs sous contrôle à commettre des profanations de lieux sacrés.» En 2004, il se rend à Toulouse pour écouter Glen Benton, leader du groupe Metal «Deicide» dont «les sons rauques proférés sur scène et les vociférations sont à la limite du naturel», tout comme «l'espace» qui entoure et protège le chanteur «lorsqu'il circule au milieu des jeunes en transe». Il suffit de se rendre sur la page d'accueil du groupe norvégien «Dimmu Borgir» pour saisir le phénomène et la raison pour lesquelles le père Domergue souhaite traduire aux jeunes les paroles qui proclament : «Nous sommes satanistes (...) tous ceux qui prêchent la Bible sont nos ennemis (...) nous sommes des espèces d'animaux et c'est dans notre nature que d'être des survivants
Le prêtre bordelais est convaincu que «les états altérés de la conscience chez les jeunes peuvent être provoqués par ces forces du mal injustement évacués de nos sociétés occidentales démythologisées».
Source