vendredi, mars 03, 2006

La dernière photo de famille

Benoit XVI vient de renoncer à l’une de ses titulatures, celle de « patriarche d’Occident » au moment même où le dialogue théologique avec les Eglises orthodoxes se concentre particulièrement sur le primat du pape au sein de la chrétienté.
On n’ose imaginer que le pape et la curie n’ont pas perçu les implications d’une telle décision qui ne peut manquer d’être interprétée comme la mise en avant des prétentions universelles du souverain pontife.
Si cela était, et sous réserve d’examen plus approfondi, ce serait le signe délibéré d’une volonté de gommer le seul lien, oh combien symbolique, qui rattachait encore la papauté à ce qui fut le mode d’organisation de la Chrétienté du premier millénaire.
En effet, ce titre était apparu pour la première fois dans une lettre écrite au pape Léon le Grand (Saint Léon) en 450 par l'Empereur d'Orient Théodose II et correspondait à une organisation de l'Eglise en cinq patriarcats (Pentarchie) : Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem.
D’après les experts vaticanistes, le pape est "simplement convaincu que cette appellation attribuée à l'évêque de Rome par un empereur de Byzance était inadaptée à la situation du troisième millénaire"
Du troisième millénaire ? Que dire alors du deuxième ? Mille ans pour s’en apercevoir. Le pape dégaine plus rapidement en matière de béatifications.
Encore une fois « sous réserve d’examen » car, dans son indécrottable optimisme (ou espérance), Soleil d’hiver attend la suite, la première impression est que la papauté vient, délibérément, de déchirer la dernière (et bien jaunie) photo de famille.