lundi, avril 24, 2006

Le reconnaitre

Cependant Marie se tenait dehors près du sépulcre, et pleurait. Comme elle pleurait, elle se baissa pour regarder dans le sépulcre; et elle vit deux anges vêtus de blanc, assis à la place où avait été couché le corps de Jésus, l'un à la tête, l'autre aux pieds. Ils lui dirent: Femme, pourquoi pleures-tu? Elle leur répondit: Parce qu'ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais où ils l'ont mis. En disant cela, elle se retourna, et elle vit Jésus debout; mais elle ne savait pas que c'était Jésus.
Jean 20, 1 –31

Ils sortirent et montèrent dans une barque, et cette nuit-là ils ne prirent rien. Le matin étant venu, Jésus se trouva sur le rivage; mais les disciples ne savaient pas que c'était Jésus.

Simon Pierre monta dans la barque, et tira à terre le filet plein de cent cinquante-trois grands poissons; et quoiqu'il y en eût tant, le filet ne se rompit point. Jésus leur dit: Venez, mangez. Et aucun des disciples n'osait lui demander: Qui es-tu? sachant que c'était le Seigneur.
Jean 21, 1 – 25

Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades; 1et ils s'entretenaient de tout ce qui s'était passé. Pendant qu'ils parlaient et discutaient, Jésus s'approcha, et fit route avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.

Tandis qu'ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d'eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Saisis de frayeur et d'épouvante, ils croyaient voir un esprit.
Luc 24, 13-53


A plusieurs reprises, le Ressuscité se manifeste à ceux et celles qui l’ont le mieux connu, qui ont vécu avec lui tout au long de son ministère et ils ne le reconnaissent pas. Les évangiles insistent curieusement sur ce point.
La première raison de cette cécité est l’incrédulité voire, malgré tout ce que les prophètes et Jésus en avaient pu dire, l’inattendu de la résurrection.
A certaines reprises même, leurs yeux et leur esprit n’acceptent pas ce que leurs cœurs éprouvent.

Mais l’insistance des évangiles peut aussi signifier que nous aussi, deux mille ans après, devons apprendre à Le reconnaître. Le reconnaître dans celui ou celle qui, pour nous, est, au premier regard, un inconnu. Comprendre qu’Il habite dans l’autre, qu’Il est cet autre.
On pourrait ajouter « particulièrement celui qui est dans le besoin ».
Mais quel homme n’est pas dans le besoin ?

« Tout ce que vous avez fait à l’un de ces petits, c’est à Moi que vous l’avez fait »
Notons bien : Il ne dit pas « c’est comme si c’est à Moi que vous l’avez fait »

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu … et ce second commandement qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Il faudrait vraiment que cette incroyable Vérité déchire l’incrédulité qui se cache derrière l’interprétation purement « symbolique » de ces paroles.

Dieu s’est fait homme pour que l’Homme soit Dieu.
Le Verbe s’est fait chair pour que notre chair soit ce corps dont Il est la tête.
Deification.

Rabouni, apprends nous à Te reconnaître.

Cette magnifique icône est empruntée au Forum Orthodoxe Francophone. Merci Irène.